Bytown et le Canal Rideau

Passages historiques est une exposition dynamique consacrée à l’histoire architecturale de l’entrée du canal Rideau (ou vallée d’accès). Axée sur la construction des écluses de Bytown depuis l’arrivée du lieutenant-colonel John By en 1826 jusqu‘à l’incorporation de la ville d’Ottawa en 1855, cette exposition permet aux visiteurs de découvrir les parallèles entre les forces politiques, industrielles et citoyennes qui ont façonné la future capitale du Canada et le canal Rideau, aujourd’hui un site du patrimoine mondial.

Origines

Quand le lieutenant-colonel John By, ingénieur en chef du canal Rideau, vint pour la première fois au Canada en 1826, la région d’Ottawa ressemblait guère à la grouillante capitale nationale que l’on connaît aujourd’hui. Chargés de construire un canal navigable de plus de 200 km jusqu‘à la ville de Kingston, By et ses hommes durent d’abord s’attaquer aux épaisses forêts, aux rivières tumultueuses et aux marais de cèdres qui leur bloquaient la voie.

Militaire

Le canal Rideau est surtout vu comme un symbole canadien et un lieu paisible propice aux loisirs, mais à la base, il s’agissait d’un ouvrage à vocation défensive que l’armée britannique a commencé à construire au printemps 1827. Afin de défendre le dernier de ses bastions en Amérique du Nord, l’armée britannique jugea nécessaire de construire un canal pour se doter d’un moyen sûr et efficace de transporter des soldats et du matériel en cas de guerre. Mais les embûches à la réalisation d’un projet aussi complexe ne tardèrent pas à apparaître.

Architecture

Le canal Rideau fut un immense projet architectural à tous les égards. Coordonner des équipes d’ingénieurs, de travailleurs, d’entrepreneurs et d’artisans de différentes cultures représentait un défi de taille, tout comme le fait de mettre en place l’infrastructure nécessaire à la réalisation du projet avec les outils les plus rudimentaires et les matériaux disponibles dans la région.

Maladies

Certains travailleurs perdirent la vie à la suite d’un accident de construction (souvent causé par une manipulation imprudente de la dynamite ou du matériel d’excavation), mais la maladie fut de loin la première cause de mortalité durant la construction du canal Rideau. La malaria, la variole, le charbon, la dysenterie et le choléra comptaient parmi les nombreux dangers qui guettaient sans cesse les travailleurs de Bytown et leurs familles. Au final, la maladie causa pas moins de 500 décès du début à la fin des travaux.

Ouvriers

Il aurait été impossible de construire le canal Rideau sans les centaines de travailleurs qui affluèrent à Bytown durant les travaux. À mesure que la population de Bytown augmentait avec chaque nouvelle vague d’immigration, les classes sociales, les liens de parenté, les conditions économiques et l’emplacement du canal contribuèrent à façonner le visage et la culture de cette ville qui deviendrait bientôt la capitale du Canada.

Bytown

En 1826, quand le lieutenant-colonel By jeta son dévolu sur la vallée d’accès comme site éventuel du quartier général de l’armée britannique pour le canal Rideau, il ne se doutait pas que sa décision aurait un impact décisif sur l’avenir social et politique du Canada. Autour du canal, les projets de By pour la nouvelle base militaire et la communauté environnante commencèrent à se concrétiser. La future capitale du Canada ne sera au début qu’un petit établissement avant de devenir une ville frontalière tumultueuse et un centre commercial; sa riche histoire commença véritablement avec la construction du canal.

Communauté

La construction du canal Rideau mobilisa des ouvriers venus du Haut et du Bas-Canada, d’Angleterre, d‘Écosse et d’Irlande. Les travailleurs ne tardèrent pas à se regrouper en fonction de leur origine ou de leur affiliation; ces alliances eurent l’avantage de créer un climat de camaraderie et de sécurité dans les périodes difficiles, mais elles exacerbèrent aussi les tensions entre les groupes. Même si les fréquents épisodes de violence et d’agitation populaire finirent par être maîtrisés, rien ne garantissait que la jeune ville de Bytown deviendrait une ville administrative calme et paisible.

Le projet

Passages historiques: Bytown et le canal Rideau documente l’origine politique, la construction et les premières influences du canal Rideau d’Ottawa, désigné site du patrimoine mondial de l’UNESCO. Quand le lieutenant-colonel John By arriva au Canada en provenance d’Angleterre, sa première grande décision fut de rejeter les deux emplacements proposés pour l’entrée nord du canal, qui se trouvaient l’un à proximité du débarcadère Richmond et l’autre, près des chutes Rideau. On se demande comment la construction du canal et de la communauté environnante de Bytown se serait déroulée s’il avait choisi un autre emplacement.

Enseignants

Si vous étudiez la construction et les débuts du canal Rideau, son utilisation comme route commerciale ou ses transformations ultérieures à des fins touristiques, vous donnerez une valeur ajoutée à votre travail en y incluant des sources primaires. Une visite aux archives ou à la bibliothèque vous ouvrira une porte sur le passé : vous y découvrirez des éléments de fait et des documents qui vous aideront à rendre les événements historiques plus tangibles et réels. Elle rehaussera sans doute la qualité de votre travail ou de votre production finale, car l’ajout de sources primaires est un gage d’initiative en recherche et se traduit souvent par du contenu et des perspectives plus originaux que ceux de vos pairs.

Explorer par emplacement

Basse ville
X Rendu de Basse ville

Basse ville

Située à l’est de la vallée d’accès, la basse ville était le lieu de résidence des habitants les plus pauvres de Bytown. Ceux-ci formaient la majorité des travailleurs du canal, et beaucoup étaient des immigrants nouvellement arrivés au Haut-Canada. Luttant pour des emplois peu rémunérés, de nombreux habitants de la basse ville vivaient dans des maisons de fortune et de petites baraques en bois, car c’est tout ce qu’ils avaient les moyens de se payer. Les piètres conditions de vie et les problèmes d’alcoolisme des travailleurs provoquaient souvent des flambées de violence de ce côté du pont des Sapeurs.

Haute ville
X Rendu de Haute ville

Haute ville

Située à l’ouest de la vallée d’accès, la haute ville était le lieu de résidence des habitants les plus riches de Bytown. Acquis par lord Dalhousie au nom de l’Ordnance Department, le terrain fut cadastré en prévision du développement de la haute ville. Les résidences construites dans ce secteur, plus spacieuses et ornées que celles des autres quartiers (notamment la basse ville), témoigneront avec le temps de la prospérité de Bytown.

Parc Major’s Hill
X Rendu de Parc Major’s Hill

Parc Major’s Hill

Le parc Major’s Hill était l’endroit où se trouvait la maison familiale du lieutenant-colonel John By. Ce dernier y vécut avec sa femme et ses deux filles jusqu‘à son rappel en Angleterre, en 1832. Durant ces années, l’endroit était connu sous le nom de « Colonel’s Hill », mais il sera renommé « Major’s Hill » lorsque le major Daniel Bolton remplacera le lieutenant-colonel John By à titre d’ingénieur en chef en 1832. La maison sera détruite par les flammes en 1849 et ne sera jamais reconstruite.

Barrack Hill
X Rendu de Barrack Hill

Barrack Hill

En arrivant à Bytown en 1827 pour commencer la construction du canal Rideau, les Royal Engineers de l’armée britannique décidèrent de loger les militaires sur Barrack Hill. Au sommet de Barrack Hill, les Royal Engineers bâtirent trois casernes, un hôpital et plusieurs autres bâtiments auxiliaires. Compte tenu de sa situation géographique en surplomb de la rivière des Outaouais, le lieutenant-colonel By jugeait que Barrack Hill serait un emplacement idéal pour une forteresse militaire, et il échafauda des projets ambitieux à cet égard. Ces projets ne seront jamais approuvés. En 1858, Barrack Hill sera choisie comme lieu d’installation du siège du gouvernement du Canada et sera renommée « colline du Parlement ».

Vallée d’accès
X Rendu de Vallée d’accès

Vallée d’accès

La vallée d’accès, sise entre Barrack Hill et le parc Major’s Hill, marque l’entrée nord de la voie navigable du canal Rideau, qui s‘étend sur 202 km entre la rivière des Outaouais et le lac Ontario. Cette vallée – anciennement connue sous les noms de Sleigh Bay ou Raftin Bay – fut choisie par le lieutenant-colonel John By en grande partie pour ses avantages topographiques. C‘était un lieu propice à la construction de huit écluses qui permettraient aux bateaux de franchir un dénivelé de 25 mètres (83 pieds) à partir de la rivière des Outaouais. Sur le site de la vallée d’accès, on retrouvait aussi le bâtiment des Royal Engineers, celui de l’Intendance et la maison du maître-éclusier.